T@ctique du Diable: "Adultère, mode d’emploi"


Voici le courrier envoyé par le Diable à son neveu, apprenti-démon, à propos de la luxure.


A commander à Famille Chrétienne : www.famillechretienne.fr


« Fiston, j’ai envie de te dire : ne perdons pas de temps » passons au péché suivant. Le plan de Sexor et Libidinus, nos "sexialistes", est une réussite presque totale.
Diable les anges n'ont pas de sexe, mais ça ne les empêche pas de savoir s'en servir.

Mate un peu: on apprend aux enfants la fellation avant même la puberté sous prétexte de lutter contre le sida le livre de l'été est une litanie d'adultères sur le Net, il suffit d'un petit clic pour tomber dans le grand claque, etc.
J'ai réduit la femme à un objet, les enfants à être des esclaves à plaisir.
Les maîtres à penser appelle ça "libération". Les c... !
Certes, la chasse aux pédophiles est ouverte, mais personne ne semble comprendre qu'ils ne sont que les purs produits de cette société de voyeurs, des boucs émissaires. Tant mieux.

Une de nos plus belles entourloupes, outre le désespoir auquel mène l'asservissement de la chair, est d'avoir dissous la honte - ou plutôt, de l'avoir déplacée de bas en haut:
aujourd'hui, le honteux n'est pas celui qui parle de sa vie sexuelle, mais de sa vie intérieure !
Pourtant, fiston, il y a encore du boulot.
Certains chrétiens demeurent rebelles à l'adultère.
Ne désespère pas, même avec les lecteurs de ce torchon chrétien, les sujets de ton stage.
Certains se croient si sûrs de leur vertu qu'ils font des proies rêvées !

Aide-toi des bons sentiments. La pitié, par exemple : en tout homme, un paternaliste sommeille.
Une attirance physique n'est pas forcément nécessaire au point de départ.
Au contraire, l'homme s'imagine - le désir étant absent - qu'il est anodin de demeurer en tête-à-tête avec cette amie qui souffre de manque affectif, et de la prendre dans ses bras pour la consoler.

Si la jeune femme s'inquiète du temps qu'il prend loin de son foyer et de cette proximité physique, que ton client explique qu'il n'est en rien amoureux d'elle.
Et si jamais ils vont plus loin, par exemple en se caressant, qu'ils prennent beaucoup de temps à se dire que, de toute manière, ils veulent rester fidèles à leur conjoint respectif.
Les hommes ont une infinie capacité à croire ce qu'ils racontent, même lorsque leurs propos sont exactement opposés à la réalité, et à oublier leurs résolutions au fur et à mesure ne jamais l'embrasser; ne pas monter dans son appartement, etc.
Objectif : qu'il transgresse progressivement les interdits (caresse, baiser, acte sexuel),
car il est très difficile de revenir en arrière.
L’essentiel est qu'ils ne perdent pas le contact, si je puis dire.

Travaille aussi sur les frustrations.
Que la femme de ton client se refuse à lui, qu'elle ne demande jamais l'union des corps, qu'il ait honte de ses désirs sexuels... attise-les.
Ne néglige rien. Allez, une petite vidéo porno, comme ça, juste pour voir, ça se loue sur le trottoir...
Et que ton client n'aille pas s'imaginer qu'il puisse y avoir une incidence de son voyeurisme sur sa fidélité.
L’essentiel, n'est-ce pas, est de ne pas passer à l'acte...

Si jamais, par malheur, il décidait d'aller se confesser, joue sur la honte.
L’adultère est l'une des fautes les plus difficiles à avouer.
Qu'il reste flou, taise qu'il est marié, parle seulement d"'impureté" sans prononcer le mot "adultère".
Et si jamais il avoue, arrange-toi pour que le prêtre se scandalise et le culpabilise.
Ton client sera découragé et ne reviendra pas de sitôt au confessionnal.

Enfin, après une certaine période de double vie, montre-lui combien la fidélité absolue est un bel idéal... mais un idéal.
Transforme cet insupportable dégoût de lui en une nouvelle règle de vie, plus souple et moins hypocrite.
Fais-le passer du péché de faiblesse au péché de malice : puisqu'il ne peut pas plier sa vie au commandement de l'Autre, qu'il plie le commandement de l'Autre à sa vie.
Ne lui montre surtout pas que mieux vaut un pécheur repenti qu'un cathare raidi.

Si tu manœuvres bien, cette âme sera à toi pour l'éternité.
Notre but, rappelle-toi, c'est d'enfermer la personne dans ce que les théologiens de l'Autre appelle le péché mortel habituel.

Pour cela, il faut laisser le sexe primer !» E-mailzebull